Sur la ligne 9 - Christelle

Christelle : mes voyages quotidiens, de Buzenval à Miromesnil - rencontres.

Accès direct


A l'APACC
du 1er juin au 9 juin 2013
Duchamp et après..
une exposition pour le centenaire du premier 'Ready-made' de Marcel Duchamp

une proposition de Claude Guibert
avec les artistes
Mark Brusse, Arnaud Cohen et Daniel Nadaud
r160
v160
Duchamp et après.. sur le blog de l'Apacc
site 'Duchamp et après..'
vernissage vendredi 31 mai 2013 - 18 h

vendredi 15 juin

Le lapin ! Le lapin !

C'est vrai, je vous avais promis, il y a une bonne vingtaine de jours, de vous présenter le lapin (le IMG_2563 qui squattait ma salle à manger ) ; j'entends déjà les plus impatients d'entre vous scander "le lapin ! le lapin !" sous mes fenêtres, alors, j'y (re)viens...

Ce lapin, qui prend actuellement un peu de repos à l'exposition "paysage minuscule" de l'Apacc (c'est vrai, c'est un peu calme en ce moment, à peu près aussi calme que les isoloirs à l'occasion des élections législatives ), ce lapin - donc - a eu une vie mouvementée... une vie, ou plutôt une seconde vie car on ne sait rien de la période où il était vivant.

Ce qu'il y a de certain, c'est qu'il se fait facilement des copains :

IMG_2645    IMG_2664

ce qu'il doit probablement à une vie mondaine très développée dans les années 2000 :

mannequin


notice

Car ce petit lapin (empaillé ) est l'un des éléments d'une oeuvre exposée en 2000 dans le cadre de l’exposition VOILA au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, au sein de l’installation de Bertrand Lavier intitulée « La Peinture des Martin 1900-2000 ».

Cette oeuvre intitulée "Pas le temps", de Stéphane Martin, fait partie d’une série sur Alice au Pays des Merveilles, d’après Lewis Carroll.

IMG_2394

Le lapin pressé ne rattrapera jamais le temps perdu ni ne surmontera l’espace qu’il lui reste à parcourir. Cette nature morte offre 2 réalités à jamais inconciliables : l’animal n’est que cadavre embaumé, et le carré de pelouse n’est que bois sec, tous deux cloisonnés, isolés l’un de l’autre, sans liberté aucune, condamnés à faire « semblant » dans l’espace définitivement circonscrit d’une caisse de bois. La magie du conte est là, l’artifice et l’exemplarité. Pur paysage mental. (Stéphane Martin)




Commentaires sur Le lapin ! Le lapin !

    Les câbles électriques ont donc été épargnés par le lapin empaillé ! Je me doutais bien qu'il y avait duperie sur la marchandise !
    Une vraie bestiole, et puis quoi encore ?
    Et si l'empaillé a une liste aux législatives, je vote pour lui !

    Posté par Florence, vendredi 15 juin à 22:43 | | Répondre
  • Ce Stéphane Martin est un rigolo! Il pose un lapin, le met en boîte, ne court qu'un seul lièvre à la fois et le laisse sur la paille! Et pour dissimuler ses calembours douteux mis en images, il enrobe le tout d'un texte fumeux!
    Christelle, ces bas ne te vont pas et tu ferais mieux de mettre des verres de contact au lieu de ces hublots qui rappellent le Titanic! Par contre, je l'aime bien ta jupe!

    Posté par Protolapon, samedi 16 juin à 06:47 | | Répondre
  • Bas résine

    Protolapon, ce sont des bas résille !!
    je ne sais pas comment Christelle arrive à porter des bas résille sans les filer !
    Eventuellement, à la place des petites geekeries sympathiques, on attend un billet sur le sujet )

    Posté par Florence, samedi 16 juin à 09:19 | | Répondre
  • Protolapon > Stéphane a en effet un certain sens de l'humour et son petit lapin semble attirer l'attention ...
    Florence > ce ne sont pas de vrais bas résille ; en réalité, il s'agit d'un tatouage ! Bien fait, non ?
    Alors, pour le billet, il faudra encore supporter les geekeries pendant un petit moment

    Posté par christelle, samedi 16 juin à 16:53 | | Répondre
  • Je fume...

    Pour répondre à Protolapon, oui j'ai de l'humour (voir mon site perso) non je ne suis pas un "rigolo" au calembours douteux (un calembours n'est jamais douteux, il a toujours du sens, et une valeur poétique). Mon texte est simple je ne vois pas ce qu'il a de fumeux. A moins de refuser aujourd'hui toute expression d'une pensée artistique, dans un élan poujadiste qui consiste à rejeter toute phrase qui comporte plus de 5 mots... "C'est un peu court jeune homme !" (Edmond Rostand) - Désolé j'ai pas de citation de Steevie...

    Posté par stéphane, lundi 25 juin à 11:25 | | Répondre
Nouveau commentaire